Elle a tremblé. Mais Maria Sharapova (n°7) est parvenue à dompter Simona Halep (n°4) au terme d'un match haletant pour décrocher son deuxième titre à Paris, samedi (6-4, 6-7 [5], 6-4 en 3h02'). Son 5e en Grand Chelem.

Elle suit la balle des yeux et l'accompagne vers la sortie. Alors Maria Sharapova, presque incrédule, pousse un petit cri et s'agenouille sur le court Philippe-Chatrier. Comme en 2012, année de son premier sacre à Paris. Mais cette fois, la Russe a douté. Et pas qu'un peu ! En témoignent ses manifestations de joie bien plus exacerbées que d'habitude. Dans les bras des siens après avoir sauté dans la tribune présidentielle, elle a encore serré les poings. «C'est ma finale de Grand Chelem la plus difficile. Je ne peux pas y croire, c'est si émouvant» dira-t-elle au micro. Emue, la diva. Oui. Et pas qu'un peu ! La "faute" à une Simona Halep qui n'est pas passée à côté de sa première finale majeure. La faute, aussi, à une tension devenue soudain si difficile à contrôler. Même pour elle et son mental d'acier.  

Lire l'article en entier

SHARAPOVA