Comme l'an dernier, Serena Williams a remporté le tournoi de Rome ce dimanche. L'Américaine, n°1 mondiale,
a dominé en finale l'Italienne Sara Errani, en deux manches et 1h13' de jeu (6-3, 6-0).
Pour Serena Williams, tout va bien, merci pour elle. Sa blessure à la cuisse gauche de Madrid est aux oubliettes et elle s'est parfaitement lancée pour Roland-Garros en s'imposant au Foro Italico. Pour la 7e fois en autant de de duels, elle a pris l'avantage face à Sara Errani, première Italienne à atteindre la finale de l'Open d'Italie depuis Raffaella Reggi en 1985. Ces deux joueuses ne boxant pas dans la même catégorie, et l'Italienne ayant eu la mauvaise idée de mal triturer un geste de service déjà faiblard, l'issue du match ne faisait pas l'ombre d'un doute.

Alors oui, quand elle a débreaké pour revenir à 3-4 dans la première manche, la 11e joueuse mondiale nous a fait hausser un sourcil. Encore un peu plus car Williams semblait un peu tendue face à ce public italien chaud bouillant. Elle ratait des coups inhabituels pour elle et ne parvenait pas à déborder Errani malgré un énorme écart de puissance. La finaliste de Roland-Garros 2012, sur sa meilleure surface, pouvait-elle créer l'exploit ? Non. Pas en servant aux alentours des 120-130 km/h en première balle et encore moins en se retrouvant diminuée à la fin du premier acte, par une douleur en haut de la cuisse ou à la hanche.